Tularémie (fièvre du lapin) - 6 types que vous DEVEZ connaître

Photo de l'auteur
Publié le

Le blog I Love Veterinary est pris en charge par les lecteurs et nous pouvons gagner une commission sur les produits achetés via des liens sur cette page, sans frais supplémentaires pour vous. En savoir plus sur nous et notre processus d'examen des produits >

La tularémie, également connue sous le nom de fièvre du lapin ou fièvre de la mouche du chevreuil, est une maladie infectieuse très contagieuse qui peut affecter à la fois les humains et animaux. L'agent responsable de la maladie est la bactérie Francisella tularensis. Les symptômes de la tularémie varient selon la voie d'infection. 

cerf voler

Tous les types de tularémie sont caractérisés par de la fièvre, qui peut dépasser 103F. Cette bactérie hautement contagieuse est un véritable enjeu de santé publique. Cela est dû à son potentiel d'utilisation en tant qu'agent de bioterrorisme. Il peut provoquer des maladies potentiellement mortelles et se propager par aérosolisation.

En milieu naturel, les lapins, les lièvres et les rongeurs sont les espèces les plus sensibles à la maladie. Cela dit, il affecte de nombreux autres animaux, domestiques et sauvages. La tularémie cible la peau, les yeux, les ganglions lymphatiques, le tractus gastro-intestinal et les poumons, et la maladie se présente chez les personnes atteintes de six syndromes connus.

Les 6 types de tularémie (fièvre de la mouche du chevreuil)

Tularémie ulcéroglandulaire

La tularémie ulcéroglandulaire est la forme la plus courante chez l'homme. Une plaie douloureuse (ulcère) se forme à l'endroit où la bactérie pénètre dans la peau. C'est généralement le site de morsure de tique ou de mouche. Si les bactéries pénètrent par abrasion ou coupure sur la peau, c'est généralement sur les mains et les doigts. 

piqûres de mouches sur l'homme

Les bactéries se déplacent vers les ganglions lymphatiques locaux, provoquant un gonflement. À l'occasion, le pus peut s'écouler des nœuds. Les personnes infectées souffrent également de fièvre, de maux de tête et de malaise général.

Tularémie glandulaire

Les symptômes sont similaires à ceux de la tularémie ulcéroglandulaire, mais aucun ulcère ne se manifeste.

Tularémie oculo-glandulaire

Les bactéries pénètrent par un ou les deux yeux. Cela se traduit par une inflammation des yeux. L'œil devient douloureux, enflé et rouge. Il y a un écoulement oculaire et la personne infectée peut devenir très sensible à la lumière. 

Cette forme de tularémie résulte du fait de toucher ou de se frotter les yeux avec des mains contaminées ou d'avoir des éclaboussures de matériel infecté dans l'œil. Comme avec d'autres formes, il y a un gonflement des ganglions lymphatiques, et cela se voit principalement devant les oreilles.

Tularémie oropharyngée

Les lésions du tractus gastro-intestinal sont la caractéristique majeure de la forme oropharyngée de la tularémie. Le tractus gastro-intestinal part de la bouche, descend dans la gorge, l'œsophage, l'estomac, les intestins, le côlon et le rectum. 

Les symptômes comprennent des ulcères buccaux, des maux de gorge, des douleurs abdominales, des vomissements et de la diarrhée. De plus, les ganglions lymphatiques autour de la région du cou s'agrandissent. La forme oropharyngée de la tularémie survient suite à l'ingestion de viande contaminée insuffisamment cuite ou d'eau contaminée. 

tularémie ulcère de la bouche chez un chat
De la page ILV FB : De Kelsey Rae Garber : « Nous avons diagnostiqué la tularémie chez mon chat lors d'une autopsie au travail. Il avait montré des symptômes pseudo-grippaux pendant environ une semaine, puis est décédé dans la nuit de mon anniversaire. L'autopsie a montré des lésions orange sur son foie. L'histologie du foie a montré une nécrose des tissus. Voici une photo de ce à quoi ressemblait le foie. Ce n'est pas le mien.
La tularémie est une bactérie (francisella tularensis) également connue sous le nom de fièvre du lapin. C'est une zoonose que l'on retrouve chez les lapins et les souris. Il peut être transmis à d'autres espèces par consommation ou contact avec un animal infecté par une coupure ou une lésion. Il est très contagieux et peut se présenter sous une forme légère ou grave. Les chats et les chevaux sont très sensibles à cette maladie et meurent généralement immédiatement après la période d'incubation (dans la semaine). Les bovins et les chiens sont plus résistants à la maladie et peuvent tomber malades mais ne mourront pas. Les humains peuvent contracter un cas bénin ou un cas potentiellement mortel, cela dépend de la situation.

Tularémie pulmonaire

C'est la forme la plus sévère de tularémie. Les symptômes comprennent une toux sèche, des douleurs thoraciques et des difficultés respiratoires. Une éruption cutanée peut également apparaître. La forme pneumonique survient suite à l'inhalation de poussières ou d'aérosols contenant la bactérie. 

Si elles ne sont pas traitées, les autres formes de tularémie peuvent évoluer vers la forme pneumonique. Cela se produit lorsque les bactéries pénètrent dans la circulation sanguine et se propagent aux poumons.

Tularémie typhoïde

Tandis que la forme la plus rare, la tularémie typhoïde, peut être sévère. Il n'y a pas de trait distinctif spécifique. Il peut s'agir de n'importe quelle combinaison des autres formes de tularémie. Les personnes infectées souffrent d'une forte fièvre, de douleurs musculaires et de la gorge et d'une pneumonie. Les plaies et l'hypertrophie des ganglions lymphatiques sont ne sauraient caractéristiques.  

Quelles sont les causes de la fièvre du lapin ?

La tularémie est causée par la bactérie Francisella tularensis. La maladie est généralement transmise par les tiques mais peut également être transmise par les mouches à chevreuil. Moins fréquemment, il se propage par aérosolisation ou par contact direct avec du gibier sauvage infecté. Les aliments ou l'eau contaminés sont la source d'infection la moins signalée.

La fièvre du lapin sévit dans de nombreux pays de l'hémisphère nord. Il existe dans tous les États américains à l'exception d'Hawaï, mais principalement dans le centre-sud et l'ouest des États-Unis. La transmission interhumaine n'est pas connue.

Les formes les plus courantes de tularémie (ulcérogène et glandulaire) résultent généralement de la piqûre d'une tique ou d'une mouche à chevreuil. Aux États-Unis, la tique américaine du chien (Dermacentor variable), la tique des montagnes Rocheuses (Dermacentre Andersoni) et la tique de l'étoile solitaire (Amblyomma americanum) sont capables de transmettre la bactérie.

La tique américaine du chien existe à l'est des montagnes rocheuses et dans des zones limitées de la côte pacifique. Les femelles adultes sont les plus susceptibles de mordre les humains. Cela se produit principalement au printemps et en été. La tique a un bouclier extérieur robuste et est brune avec des marques blanches à grises.

tique américaine du chien assis sur une feuille verte

Comme son nom l'indique, The Rocky Mountain Wood Tick vit dans les États des Rocheuses. En plus de la tularémie, il est bien connu pour sa transmission d'autres maladies transmises par les tiques telles que la fièvre pourprée des montagnes Rocheuses et la fièvre à tiques du Colorado. Les tiques adultes sont généralement responsables de la transmission de F.tularensis aux humains. Cette tique est brun foncé, devenant grisâtre lorsqu'elle est engorgée. Il est de forme ovale et aplatie.

Parmi les trois tiques connues pour abriter la tularémie, la Lone Star Tick remporte le prix de la propagation des maladies. Il est distribué dans l'est des États-Unis, mais le plus souvent dans le sud. Le Lone Star Tick est très agressif et n'hésitera pas à mordre les humains. 

En plus de la tularémie, la Lone Star Tick est responsable de la propagation de l'ehrlichiose, de la maladie du virus Heartland, de la maladie du virus Bourbon et de la maladie des éruptions cutanées associées aux tiques du Sud (STARI). Cependant, la caractéristique la plus distinctive de la Lone Star Tick est le point blanc (étoile solitaire) sur le dos de la femelle adulte.

Les cerfs volent (Chrysops discale) transmettent également la tularémie mais le font moins souvent que les tiques. Néanmoins, ils constituent toujours une source importante d'infection. Ils sont distribués dans le monde entier et infligent des piqûres douloureuses qui provoquent des zébrures. De plus, ils ont des ailes baguées et des yeux aux couleurs vives.

La manipulation d'animaux infectés constitue également une source essentielle d'infection. Le dépeçage du gibier infecté, en particulier des lapins sauvages ou des lièvres, libère des bactéries. Les bactéries pénètrent ensuite dans la peau par des coupures ou des écorchures mineures. Une simple morsure d'un lapin sauvage ou un frottement des yeux ou de la bouche après avoir manipulé un animal infecté peut provoquer une infection.

Il peut être presque impossible d'identifier un lapin, un lièvre ou un rongeur infecté. Parce que ces animaux sont si gravement touchés, ils sont souvent tout simplement retrouvés morts. Les animaux infectés expérimentalement présentent des signes similaires à ceux observés chez l'homme (fièvre, ganglions lymphatiques hypertrophiés, ulcères). La maladie dure généralement entre huit et 14 jours mais se termine finalement par la mort.

À l'opposé du spectre, la fièvre du lapin chez le chien est rarement signalée. Une infection naturelle semble se produire, mais la maladie clinique est bénigne ou non évidente. Lorsqu'ils sont présents, les signes comprennent une fièvre passagère, un écoulement oculaire et nasal et une hypertrophie des ganglions lymphatiques. Il peut également y avoir une plaie ou un ulcère au site d'entrée. La maladie chez les chiens se résout généralement avec des soins de soutien.

F. tuarensis peut survivre pendant des semaines dans le sol, l'eau et les animaux morts. Les bactéries deviennent aéroportées pendant le jardinage, l'agriculture ou toute autre activité qui perturbe le sol. L'inhalation de ces particules en suspension dans l'air peut provoquer la tularémie. 

Cela se voit également avec les travailleurs de laboratoire. Souvent, les travailleurs de laboratoire effectuent des procédures qui génèrent des aérosols.

Des épidémies de tularémie d'origine hydrique ont été signalées en Bulgarie, en Géorgie, en Allemagne, en Italie, au Kosovo, en Macédoine, en Norvège, en Suède et en Turquie. La majorité s'est produite après que les gens aient bu de l'eau contaminée. Les chasseurs et autres personnes qui mangent des animaux sauvages peuvent également être infectés après avoir mangé de la viande qui n'est pas bien cuite.

Complications médicales associées à la tularémie

Si elle n'est pas traitée, la tularémie peut provoquer une maladie débilitante ou même la mort. Il peut se propager à de nombreux sites du corps, notamment le cœur, le foie, le système nerveux central et les os. Les complications médicales peuvent être mortelles et comprennent l'inflammation des systèmes d'organes suivants :

  • Poumons (pneumonie)
  • La paroi interne du cœur ou des valves (endocardite)
  • L'enveloppe externe du cœur (péricardite)
  • La membrane qui tapisse l'abdomen (péritonite) 
  • Foie (hépatite)
  • Os (ostéomyélite)
  • Tissu associé au cerveau et à la moelle épinière (méningite)

Diagnostic et traitement de la fièvre du lapin 

Diagnostic

Le premier indice de tularémie implique généralement un ou plusieurs des syndromes cliniques. Cela est particulièrement vrai si une morsure de tique ou de mouche s'est produite, s'il y a des antécédents de chasse ou de voyage dans une zone endémique.

Les tests de confirmation nécessitent une culture de F. tularensis provenant de tissus, de liquides organiques, de crachats ou de sang. La bactérie est exigeante et à croissance lente ; nécessite donc des milieux de culture particuliers. Le sang prélevé pour les tests d'anticorps est également utilisé pour confirmer l'infection. Des échantillons appariés prélevés à deux ou trois semaines d'intervalle prouveront la séroconversion.

Les tests de soutien impliquent la réaction en chaîne par polymérase (PCR). Il s'agit d'une technique de laboratoire qui amplifie des segments d'ADN. L'avantage de la PCR est qu'elle offre un résultat rapide (généralement moins de 48 heures).

Traitement

En règle générale, les antibiotiques streptomycine ou gentamicine sont le traitement de choix. Le chloramphénicol est ajouté à la streptomycine pour le traitement de la méningite. D'autres antibiotiques moins couramment utilisés comprennent la ciprofloxacine et la doxycycline.

Outre l'antibiothérapie, des soins de soutien sont également fournis. Si un abcès se forme, il devra être drainé chirurgicalement. Une compresse chaude peut être appliquée sur les yeux si les yeux sont touchés. Généralement, les maux de tête sont gérés avec des analgésiques. 

Quels métiers sont exposés à la tularémie ?

Tout travail qui augmente l'exposition aux animaux sauvages ou l'exposition dans un laboratoire augmente le risque d'infection d'une personne. Les agriculteurs, les chasseurs, les vétérinaires, les travailleurs de la faune, les paysagistes et les manutentionnaires de viande sont à la le plus élevé risque.

travailleur de la faune sur le terrain

La prévention efficace de la fièvre du lapin

Vous pouvez prévenir l'infection en prenant quelques mesures simples pour minimiser l'exposition. Surtout si dans une zone endémique :

  • Ne pas écorcher ou habiller le gibier sauvage à mains nues. Portez plutôt des gants en caoutchouc et un écran facial. 
  • Ne manipulez pas d'animaux malades ou morts.
  • Lorsque vous entrez dans des zones infestées de tiques, couvrez toutes les coupures ou écorchures, surtout si vous travaillez à l'extérieur.
  • Portez un insectifuge et des vêtements qui couvrent la peau exposée. Traitez également les vêtements et les équipements tels que les bottes, les chaussettes, les pantalons et les tentes avec un produit à base de perméthrine. Ne laissez pas votre chat entrer en contact avec des produits à base de perméthrine. La perméthrine est très toxique pour les chats !
  • Effectuez une recherche approfondie des tiques après avoir quitté les zones infestées de tiques. Rechercher sous les bras, dans et autour des oreilles, entre les cuisses, la région de l'aine, le nombril et sur la racine des cheveux et le cuir chevelu.
  • Douchez-vous immédiatement après avoir été dans des zones infestées de tiques.
  • Retirez toutes les tiques sur vous ou vos animaux de compagnie. Utilisez une pince à épiler fine pour saisir la tique autour des pièces buccales. Tirez doucement vers le haut pour éviter que les pièces buccales ne se détachent. Consultez votre médecin après le retrait de la tique au sujet des soins à apporter à la zone de la piqûre de tique.
  • Assurez-vous que les animaux domestiques suivent le programme de prévention des tiques recommandé par votre vétérinaire.
  • Assurez-vous d'avoir de l'eau potable et faites bien cuire la viande avant de la manger.

Le danger que la tularémie devienne une arme biologique

La libération intentionnelle ou la menace de libération de tularémie est très préoccupante. Il peut provoquer des maladies débilitantes voire mortelles. La facilité de propagation par aérosolisation et sa forte pathogénicité en font un agent de bioterrorisme de catégorie A. C'est parmi les top six agents à haut risque connus !

En résumé, la tularémie est une maladie infectieuse transmise par les tiques, les mouches à chevreuil, les aérosols ou le contact direct avec des animaux infectés. La bactérie responsable de la maladie est F.tularensis. Il cible plusieurs organes du corps, notamment la peau, les yeux, les ganglions lymphatiques, les tissus nerveux, le tractus gastro-intestinal et les poumons. 

Il provoque des maladies chez les humains et les animaux, la maladie la plus grave étant observée chez les lapins, les lièvres et les rongeurs. F. tularensis se trouve largement dans l'environnement, mais heureusement, la fabrication d'une arme aérosol nécessiterait des procédures de laboratoire avancées inaccessibles à (en fait, presque toutes) personnes. 

Le partage est prise en charge!

Photo de l'auteur

AUTEUR

Rochelle est vétérinaire diplômée en thériogénologie (reproduction animale). Elle travaille comme médecin généraliste avec un accent particulier sur la reproduction à l'Opelika Animal Hospital à Auburn en Alabama. Rochelle a toujours eu une affinité particulière pour les animaux qui grandissent. En tant que vétérinaire, elle est passionnée par l'éducation des clients, leur donnant les moyens d'acquérir des connaissances. Cela leur permet de fournir à leurs animaux de compagnie les meilleurs soins de santé préventifs et d'embrasser le lien humain-animal.