Déballer le syndrome de Horner chez les chiens

Kaylee Ferreira

Publié par Dr Kaylee Ferreira

Mis à jour le

Le blog I Love Veterinary est pris en charge par les lecteurs et nous pouvons gagner une commission sur les produits achetés via des liens sur cette page, sans frais supplémentaires pour vous. En savoir plus sur nous et notre processus d'examen des produits >

Qu'est-ce que le syndrome de Horner chez le chien ?

Le syndrome de Horner chez le chien est un trouble du système nerveux central qui affecte généralement les yeux et les muscles faciaux spécifiques. L'étiologie de la maladie est complexe et son apparition peut être soudaine. Il n'influence généralement qu'un côté du visage, mais il peut, dans de rares cas, affecter les deux côtés du visage. Pour comprendre la maladie de Horner chez le chien, nous devons explorer quelques bases neurologiques. 

Chien malade avec le vétérinaire

Décomposition du système nerveux 

L'œil possède deux sources essentielles d'innervation : 

  • L'innervation sympathique.
  • L'innervation parasympathique.

Les nerfs sympathiques contrôlent l'entrée et la sortie de plusieurs fonctions corporelles dans le cadre du système nerveux autonome. Cet apport nerveux à l'œil commence à la base du cerveau et se divise en trois voies distinctes. 

La première voie descend le long du cou et sort au niveau des épaules dans le thorax. La deuxième section remonte le cou dans la base du crâne. La dernière voie a une route complexe dans le crâne, s'associant étroitement à l'oreille moyenne jusqu'à ce qu'elle atteigne l'œil. Les nerfs se ramifient et alimentent de nombreuses structures dans l'œil.

Une inflammation, un traumatisme ou une infection peut entraîner une interruption de l'influx nerveux sympathique. Si les influx nerveux sympathiques sont bloqués, cela provoque une surcompensation de l'innervation parasympathique. 

La surcompensation se traduit par les signes cliniques révélateurs du syndrome de Horner.  

Quels sont les signes cliniques du syndrome de Horner chez le chien ?

Les signes spécifiques qui indiquent les symptômes du syndrome de Horner chez le chien sont pathognomoniques par les vétérinaires. Le syndrome de Horner est également connu sous le nom de parésie oculosympathique parce que les symptômes affectent l'innervation sympathique des structures étroitement associées aux yeux.

Ces signes cliniques sont dus à une alimentation nerveuse sympathique perturbée et peuvent inclure les symptômes suivants :

  • Une troisième paupière proéminente ou prolapsus.
  • Une paupière supérieure tombante.
  • L'apparition d'un œil enfoncé.
  • Une pupille contractée qui ne réagit pas à la lumière. 

Les signes mentionnés ci-dessus ne sont pas douloureux, mais ils peuvent entraîner une déficience visuelle. 

Qu'est-ce qui cause le syndrome de Horner chez le chien ?

Les causes du syndrome de Horner chez le chien dépendent de l'étiologie du dysfonctionnement du nerf sympathique. Par conséquent, la localisation de l'origine du dysfonctionnement permet de déterminer la cause exacte du syndrome. 

Les dommages au sein de la voie oculosympathique sont divisés en trois ordres :

  • Le syndrome de Horner de premier ordre survient dans le cerveau et la moelle épinière. Les patients peuvent avoir des antécédents de traumatisme cérébral ou médullaire.
  • Le syndrome de Horner de second ordre survient entre le thorax et la base du crâne. Les facteurs prédisposants peuvent inclure une pathologie intra-thoracique ou un traumatisme cervical.
  • Horner de troisième ordre se produit entre le crâne et l'œil. Il s'agit de la forme la plus couramment diagnostiquée et est principalement associée à des infections du conduit auditif.

Le problème avec la recherche de la racine du problème est qu'il existe plusieurs symptômes non spécifiques et aucun moyen facile de les diagnostiquer. Les spécialistes essaieront de regrouper les causes en lésions postganglionnaires, préganglionnaires ou centrales.

Voici une liste des causes possibles du syndrome de Horner selon l'origine suspectée des lésions :

Causes postganglionnaires du syndrome de Horner 

  • Les néoplasmes comprennent les neuroblastomes ou le paragangliome du corps carotidien.
  • Idiopathique.
  • Iatrogène.
  • Complications post-opératoires d'un TECA-LBO (ablation totale du conduit auditif et ostéotomie de la bulle latérale).
  • Infections de l'oreille, y compris Otite moyenne ou otite interne.

Causes préganglionnaires du syndrome de Horner

  • Idiopathique.
  • Iatrogène.
  • Bloc nerveux du plexus brachial.
  • Ropivacaïne péridurale.
  • Placement du stimulateur du nerf vague.
  • Chirurgie thoracique.
  • Causes traumatiques lors de l'accouchement ou d'accidents entraînant des avulsions du plexus brachial.
  • Les néoplasies comprennent le lymphome médiastinal ou une tumeur de la gaine nerveuse périphérique du nerf vague.
  • Des causes infectieuses telles que la paralysie des tiques causée par l'espèce de tique, Holocycle d'Ixode.

Causes centrales du syndrome de Horner

  • Les incidents traumatisants comprennent le fait d'être abattu par un pistolet à air comprimé dans la moelle épinière.
  • Les causes infectieuses telles que Néospora or Tétanos.
  • Embolie fibrocartilagineuse du rachis cervical.
  • Polyneuropathie diabétique.

Y a-t-il une race de chien ou un âge de chien prédisposé au syndrome de Horner ?

La population de chiens prédisposés diagnostiqués avec le syndrome de Horner comprend les chiens d'âge moyen Golden Retriever, Cocker Spaniels et Collies. Les Golden Retrievers représentent plus de 90% des cas déclarés.

L'âge moyen des personnes atteintes varie entre 5 et 8 ans. Même si les golden retrievers et les collies peuvent être touchés plus souvent, n'importe quelle race de chien peut être diagnostiquée avec la maladie de Horner à tout âge.

Femme avec Boston Terrier Dog chez Vet

Comment l'emplacement des dommages causés par le syndrome de Horner est-il déterminé ?

La localisation de la lésion au sein de la voie oculosympathique nécessite des connaissances et une expertise approfondies. Un vétérinaire spécialiste en médecine interne ou en neurologie est souvent nécessaire pour diagnostiquer l'origine du trouble. 

Un vétérinaire administrera divers collyres pour déterminer l'origine des lésions nerveuses. Les médicaments utilisés peuvent inclure l'application topique d'une solution de cocaïne à 10 % ou des médicaments sympathomimétiques directs et indirects comme la phényléphrine ou l'hydroxyamphétamine. Différentes sections du nerf réagissent en dilatant la pupille atteinte du syndrome de Horner. 

Une solution à 5 ou 10% de cocaïne est un ingrédient du test d'or standard pour le syndrome de Horner chez l'homme. La cocaïne empêche la recapture de la noradrénaline par les neurones postganglionnaires. Cela conduit à une dilatation pupillaire à moins qu'une lésion n'affecte la voie oculosympathique. Ensuite, la pupille affectée ne se dilatera pas et une augmentation de l'anisocorie sera notée.

La cocaïne est une substance strictement contrôlée, elle n'est donc pas facilement disponible ou utilisée en médecine vétérinaire. La plupart des spécialistes supposeront que la dilatation minimale de la pupille myotique à un médicament parasympatholytique confirmera le syndrome de Horner. Un examen ophtalmologique approfondi est également nécessaire pour exclure une uvéite et kératite.

Le syndrome de Horner unilatéral de troisième ordre est la présentation la plus courante, et l'application d'une phényléphrine sympathomimétique directe diluée dilatera la pupille et résoudra la plupart des symptômes cliniques. Cependant, la phényléphrine ne dilatera pas une pupille moyenne ou une pupille de Horner de premier ou de second ordre.

Si un syndrome de Horner idiopathique est suspecté, une imagerie diagnostique supplémentaire est nécessaire. Ces épreuves comprennent radiographies, des tomodensitogrammes ou une IRM. 

Quelle est la récupération et les résultats du syndrome de Horner chez le chien ?

Le syndrome de Horner met-il la vie en danger chez le chien ? Les patients qui souffrent de la maladie de Horner ne sont pas en danger immédiat, mais certaines causes sous-jacentes potentielles peuvent être graves et doivent être évaluées par un vétérinaire.

Les effets à long terme du syndrome de Horner dépendent de la cause de la maladie. La récupération peut être lente et parfois frustrante car elle peut prendre plusieurs semaines à plusieurs mois. 

La plupart des cas guérissent spontanément si la condition sous-jacente est traitée, mais le traitement du syndrome de Horner chez le chien implique un bilan médical approfondi. C'est assez coûteux. S'il est déterminé que la cause est due à un cancer ou à une croissance bénigne, le pronostic et le potentiel de guérison sont réservés.

Si aucune affection sous-jacente n'est détectée, le syndrome de Horner idiopathique est alors diagnostiqué. Malheureusement, le syndrome de Horner idiopathique est le diagnostic le plus courant, ce qui peut être frustrant pour les propriétaires d'animaux, surtout après une enquête médicale approfondie. 

Cela peut prendre plusieurs mois pour voir un petit progrès, et seul un traitement symptomatique sera disponible pour atténuer, et non guérir, les symptômes.  

Les traitements topiques de gouttes ophtalmiques à base de phényléphrine peuvent améliorer la vision altérée et l'esthétique de l'œil, car de nombreux propriétaires sont gênés par l'apparence de «chien aux yeux tombants».

Comment le syndrome de Horner chez le chien affecte-t-il la troisième paupière ?

La troisième paupière est également connue sous le nom de membrane nictitante. Nictar signifie « cligner des yeux » en latin. Cette structure est une structure transparente qui humidifie et protège l'œil. Les chats ont une troisième paupière, tandis que les chiens ont une troisième paupière moins proéminente. 

Le symptôme le plus fréquemment rapporté de Horner est que la troisième paupière d'un chien ne se rétracte pas ou que la paupière interne du chien couvre une partie importante de la cornée. Le degré de saillie de la troisième paupière varie avec chaque individu affecté. 

Il semble que l'œil du chien soit enfoncé dans l'orbite et que la paupière tire sur l'œil. La cause de la protrusion des paupières chez le chien est une protrusion passive due à l'énophtalmie primaire.

Les chats ont des fibres musculaires lisses dans la troisième paupière, qui sont médiées sympathiquement. Si le chat a la maladie de Horner, cet apport nerveux est interrompu et la paupière reste rétractée.  

Chien malade au lit

Conclusion

Le syndrome de Horner peut être causé par plusieurs lésions diverses, notamment un traumatisme, une inflammation, une néoplasie ou des processus pathologiques systémiques. La meilleure façon de diagnostiquer la cause est de consulter un spécialiste en médecine interne ou en neurologie. 

La plupart des chiens peuvent mener une vie confortable et de bonne qualité après avoir été diagnostiqués et, selon la cause initiale, ils peuvent même se rétablir complètement. 

Partager si vous aimez!

Kaylee Ferreira

AUTEUR

Le Dr Kaylee Ferreira, une vétérinaire sud-africaine de Johannesburg, excelle dans divers rôles vétérinaires. Fondatrice de Kubuntu Veterinary Services, elle est une amoureuse des animaux et une aventurière dévouée.

Recommandé

Points chauds sur les chiens - I Love Veterinary

Points chauds sur les chiens

5 min read

Abonnez-vous à notre newsletter

Déposez votre e-mail ci-dessous pour rejoindre l'équipe I Love Veterinary et profitez régulièrement de nouvelles, de mises à jour, de contenu exclusif, de nouveautés et plus encore !