La vie d'une infirmière vétérinaire - par Sarah Mason

Mis à jour le

Le blog I Love Veterinary est pris en charge par les lecteurs et nous pouvons gagner une commission sur les produits achetés via des liens sur cette page, sans frais supplémentaires pour vous. En savoir plus sur nous et notre processus d'examen des produits >

Parlez nous de vous!

Sarah Mason avec un chatonSalut! Je m'appelle Sarah Mason et je suis une infirmière vétérinaire de 22 ans qui travaille actuellement à Sydney, en Australie. J'ai un beau chien Sadie, et un chat tout aussi beau (mais avec une attitude I-Don't-Give-AF*ck !) Matoaka (et oui... c'est aussi le nom de mon blog).

J'adore mon travail. Pas une semaine ne s'est écoulée sans que je ne sois rentré du travail sans nouvelles connaissances, nouvelles expériences, larmes, force, inspiration, et jamais sans que de nouveaux animaux touchent mon cœur.

 

Quand êtes-vous devenue Infirmière Vétérinaire ? Où avez-vous étudié?

J'ai commencé à faire du bénévolat en tant que main de chenil en 2014 dans une petite clinique vétérinaire (le cabinet où je travaille encore actuellement) et j'ai gravi les échelons pour devenir l'une des infirmières vétérinaires en chef. Pendant ce temps, j'ai complété mon certificat II en études animales et mon certificat IV en soins infirmiers vétérinaires à la fois à mon TAFE local. Je prévois d'approfondir mes connaissances en étudiant des cours supplémentaires.

 

Décrivez une journée à la clinique pour une infirmière vétérinaire.

Sarah Mason avec des chiotsLa clinique dans laquelle je travaille est très petite. Il a 2 vétérinaires principaux, 2 infirmières principales (dont moi-même), puis 3 infirmières juniors qui travaillent le week-end. Tout au long de la semaine, un vétérinaire et une infirmière seront inscrits pour travailler les consultations du matin et les 2 autres pour les consultations de l'après-midi. Nous nous chevaucherons ensuite tous les quatre tout au long de la journée pour effectuer toutes les procédures programmées (et parfois imprévues !). J'ai beaucoup de chance de faire partie d'une équipe aussi soudée. Nous travaillons tous bien et nous nous entendons comme sur des roulettes et je les considère comme mes 2nd famille (même si on s'énerve parfois !).

L'une des principales choses que j'aime dans mon travail, c'est qu'aucun jour n'est jamais le même que le précédent. Cela peut certainement vous garder sur vos gardes. Oui, nous avons toujours une routine (consultations matin et après-midi, chirurgies en journée, visites à domicile après les chirurgies…) mais cela ne prend qu'un seul client, patient ou urgence, et toute votre journée peut changer. Mais je vais te dire quoi… Tu finis par rentrer chez toi avec plein d''histoires de dîners' !

 

Parlez-nous de votre blog (partie vétérinaire).

Sarah Mason à la cliniqueJ'ai toujours aimé écrire, et il y a toujours eu 2 choses sur lesquelles j'aime non seulement écrire, mais aussi discuter. L'un est mon travail dans l'industrie des soins aux animaux et l'autre est la santé mentale.

J'ai toujours pensé à créer un blog, mais je me suis dit que les gens seraient très critiques ou que personne ne voudrait lire ce que j'avais à dire. Ce n'est que l'année dernière que j'ai écrit un long post sur mon Instagram/Facebook personnel racontant l'histoire de 2 chatons que j'ai élevés, nommés Maple et Willow. Ils ont commencé comme une portée sauvée de 5, mais malheureusement, en raison de la cruauté qu'ils ont subie avant d'être confiés à nos soins, nous en avons perdu 3... mais Maple et Willow ont déjoué les pronostics et ont réussi ! J'ai écrit sur la façon dont l'industrie n'est pas toujours arc-en-ciel et soleil. Que c'est émotionnellement fatigant… mais une histoire réussie peut faire en sorte que toutes les larmes en valent la peine.

Les commentaires positifs et engageants que j'ai reçus ont été une telle surprise. Tout le monde semblait tellement intéressé ! C'est alors que j'ai réalisé que je voulais écrire plus. Je voulais partager mes expériences et (du point de vue de la santé mentale) j'espère aider à rassurer les gens sur le fait qu'ils ne sont pas seuls à ressentir ce qu'ils peuvent ressentir.

J'ai donc décidé de mordre la balle et de créer un blog 'Matoaka', et d'utiliser l'histoire de Maple et Willow pour mon premier article de blog. C'était encore très éprouvant pour les nerfs et je n'en ai parlé à mes amis ni partagé mon blog sur Facebook qu'environ 3 mois plus tard ! J'essaie de rester très honnête sur ce que je ressens dans mes publications et j'espère que chaque lecteur pourra retirer quelque chose de positif de leur lecture.

 

Quelle est votre opinion sur le métier de Vet Tech/Vet Nurse ? Comment ça se passe en Australie ? Les infirmières vétérinaires sont-elles satisfaites de leur salaire, de leur travail, de leur traitement au travail ?

Sarah Mason en noir et blancJe pense que la profession d'infirmière vétérinaire est extrêmement sous-estimée et négligée. C'est certainement un travail sous-payé, mais aucune infirmière vétérinaire ne le fait pour l'argent. Je continuerais volontiers à gagner un petit salaire si cela signifiait que je pouvais faire ce que j'aime tous les jours.

En ce qui concerne le traitement au travail, je sais que je suis extrêmement chanceuse d'avoir de si bonnes relations avec tous ceux avec qui je travaille. Je connais des amis qui sont des infirmières vétérinaires, et ils ont beaucoup plus de difficulté avec la façon dont ils sont traités par certaines personnes sur leur lieu de travail. Je suppose que c'est une chose à apprendre cependant, vous ne vous entendrez pas avec toutes les personnes que vous croiserez dans votre vie, mais ce n'est pas grave.

Nous voyons tous des chiens et des chats tous les jours à la clinique. Vous êtes infirmière vétérinaire en Australie, quel est l'animal le plus insolite que vous avez eu dans votre clinique ? Racontez-nous une petite histoire sur l'affaire.

 

En dehors de vos animaux domestiques typiques, nous voyons occasionnellement des poulets, des souris, des ibis communs, des lézards bleus. Mais il y a un animal qui me reste en tête…

Sarah Mason avec un chat

Je me souviens que j'étais à l'arrière de la clinique et j'ai entendu l'autre infirmière parler à un client qui venait d'entrer. J'ai entendu le client dire "c'était juste dans le parc !", puis l'infirmière a dit "je vais juste va chercher une serviette pour que je puisse le mettre dans un enclos ». J'ai supposé qu'une dame avait trouvé un chaton ou un oiseau perdu. Quand je suis sorti devant pour voir, j'ai vu que la dame avait un bébé opossum accroché sur le dessus de sa tête ! Apparemment, elle se promenait dans le parc et il a sauté d'un arbre et sur sa tête ! Étant donné que notre clinique est située un peu à l'ouest de la ville, c'était un animal très intéressant à visiter !

 

Quels sont vos projets pour l'avenir?

J'aimerais travailler à l'étranger en tant qu'infirmière vétérinaire avec plus d'animaux non domestiques ! Qu'il s'agisse d'aider les lions en Afrique ou de faire du bénévolat pour aider les animaux dans les régions pauvres. Pour l'instant, j'aime apprendre de nouvelles compétences et connaissances !

Avez-vous des conseils pour nos lecteurs ? (Du point de vue d'une infirmière vétérinaire)

Il y a toujours un moyen d'arriver à l'endroit où vous voulez être. Je me souviens que j'étais au lycée et qu'un enseignant m'a dit que je ne serais jamais infirmière vétérinaire parce que je n'obtenais pas les notes requises. Ils nous ont mis tellement de pression inutile. Mon père me disait qu'il y a toujours des chemins différents que vous pouvez emprunter pour arriver là où vous voulez être. J'avais en tête que la seule façon de travailler avec les animaux était d'être à 100 % sur tout. C'était un conseil difficile à suivre quand j'étais à l'école, mais je regarde en arrière maintenant et je me rends compte que c'est vrai à 100 %.

L'autre chose sur laquelle je ne saurais trop insister, c'est de parler de ce que vous ressentez. L'industrie des soins aux animaux peut parfois être extrêmement émotive, déchirante et écrasante. Même si vous développez une peau épaisse avec le temps, il y a toujours des jours et certains cas qui vous touchent. Il est très bénéfique d'être honnête avec ce que vous ressentez, non seulement envers les autres autour de vous, mais aussi envers vous-même. C'est normal de ne pas passer une bonne journée.

 

 

Partager si vous aimez!

AUTEUR

Projet dédié au soutien et à l'amélioration de la médecine vétérinaire. Partager des informations et susciter des discussions au sein de la communauté vétérinaire.

Recommandé

Abonnez-vous à notre newsletter

Déposez votre e-mail ci-dessous pour rejoindre l'équipe I Love Veterinary et profitez régulièrement de nouvelles, de mises à jour, de contenu exclusif, de nouveautés et plus encore !