Panleucopénie chez les chats (maladie féline) - avec de nouveaux faits

Mis à jour le

Le blog I Love Veterinary est pris en charge par les lecteurs et nous pouvons gagner une commission sur les produits achetés via des liens sur cette page, sans frais supplémentaires pour vous. En savoir plus sur nous et notre processus d'examen des produits >

La définition de la panleucopénie chez les chats 

La panleucopénie chez le chat est une maladie virale très contagieuse, souvent mortelle. Il est le plus souvent appelé maladie de Carré féline, mais il est plus étroitement lié au parvovirus. La définition de la panleucopénie est une diminution de toutes les lignées de globules blancs dans le corps. 

panleucopénie chez le chat

La panleucopénie féline infecte, se réplique et rompt rapidement les cellules en division. Les sites caractéristiques d'infection comprennent la moelle osseuse, le cœur, les intestins et le fœtus en développement. En raison de ce, chatons sont le (en fait, presque toutes) affecté. 

Quels sont les symptômes de la panleucopénie féline ?

Le virus de la panleucopénie féline est endémique dans l'environnement. L'infection survient chez la plupart des chats à un moment donné de leur vie ; ils montrent aucune symptômes! Les chats avec des conditions cliniques actives présentent des symptômes typiques. Cela comprend la pyrexie (fièvre), la léthargie, l'anorexie (perte d'appétit), les vomissements et diarrhée

Pyrexie (104°–107°F [40°–41.7°C])

La pyrexie survient généralement après une période d'incubation de deux à sept jours. C'est la réponse de l'organisme à l'apparition d'une infection clinique. 

Léthargie et anorexie

La léthargie et l'anorexie surviennent en même temps que l'apparition de la pyrexie. La léthargie peut être difficile à détecter chez les chats en raison de leur nature sédentaire. Le désintérêt pour la nourriture, les jouets ou le fait d'éviter tout contact avec les propriétaires peuvent tous être des signes d'un problème sous-jacent. 

Vomissements et diarrhée 

Cela se développe un à deux jours après le début de la fièvre. La panleucopénie féline détruit la muqueuse gastro-intestinale en ciblant les cellules intestinales à renouvellement élevé. Les vomissements sont généralement bileux (teints de bile) et sans rapport avec l'alimentation. La diarrhée n'est pas toujours présente et n'est hémorragique (sanglante) que dans 3 à 15 % des cas. 

Déshydratation extrême 

Il se développe une fois que les vomissements et la diarrhée commencent. Les chats affectés peuvent rester assis devant leur bol d'eau pendant des heures, avoir un pelage terne et perdre l'élasticité de leur peau.

Écoulement purulent

La panleucopénie féline endommage la moelle osseuse du chat et affaiblit son système immunitaire. En conséquence, les infections secondaires peuvent provoquer des écoulements purulents (pus) des yeux et/ou du nez du chat. 

Anomalies fœtales

Les chattes gestantes infectées par la panleucopénie féline peuvent avoir une transmission transplacentaire aux chatons in utero. L'infection du fœtus pendant la gestation peut provoquer une résorption, une momification, un avortement ou une mortinaissance. L'issue de la maladie dépend de la étape de gestation.

Hypoplasie cérébelleuse

Les chatons in utero peuvent également développer hypoplasie cérébelleuse (sous-développement). Le cervelet est une zone du cerveau nécessaire à la coordination. L'hypoplasie du cervelet se traduit par des chatons nés dépourvus de contrôle moteur. Ces chatons ont aussi de l'ataxie (pattes bancales) ou des tremblements. Les chatons affectés auront une mentation normale. 

Chez les chatons nouveau-nés (moins de quatre semaines), le cervelet est encore en développement. Ainsi, les jeunes chatons infectés par la panleucopénie féline sont à risque d'hypoplasie cérébelleuse.

Mort subite

Les cas terminaux sont hypothermiques et peuvent entraîner un choc septique ou une coagulation intravasculaire disséminée. Chez les jeunes chatons, le seul symptôme est parfois la mort subite (appelée chatons qui s'estompent). 

Quand les chats sont-ils les plus sensibles à la PF ?

Le virus de la panleucopénie féline, comme le parvovirus canin, est susceptible d'être répandu dans n'importe quel environnement. Les jeunes chatons, les chats malades et les chats non vaccinés sont les plus sensibles. Les chatons âgés de trois à cinq mois présentent une infection clinique avec le taux de mortalité le plus élevé. 

Les épidémies de panleucopénie féline surviennent souvent pendant les mois les plus chauds de l'année. Cela est dû à une augmentation du nombre de chats errant à l'extérieur et entrant en contact avec des chats inconnus.

Comment est l'infection de Panleucopénie chez le chat Transmis?

Les régions à forte population de chats servent de réservoirs de panleucopénie féline. Cela comprend les chatteries, les refuges pour animaux et les colonies de chats sauvages non vaccinés. La transmission virale se produit lorsque des chats sensibles entrent en contact avec des chats infectés. Cela peut se produire directement ou indirectement. 

L'excrétion du virus se produit dans toutes les sécrétions et excrétions (fèces, urine, sang et salive). L'exposition oronasale à des chats infectés, à leurs sécrétions ou à des fomites contaminés entraîne une infection.

La phase aiguë de la maladie dure un à deux jours. Pendant ce temps, les insectes piqueurs peuvent également transmettre des maladies. Les survivants de la maladie peuvent continuer à excréter le virus jusqu'à six semaines après la guérison. 

Les particules virales sont très résistantes à l'inactivation. Le transport du virus sur de longues distances peut se produire via des fomites. Les fomites comprennent la literie, les bols, les chaussures, les vêtements et les mains non lavés contaminés. 

Le virus peut survivre jusqu'à un an dans l'environnement. De nombreux chats sont infectés sans contact direct avec un chat malade. 

Diagnostiquer la panleucopénie féline

Les principales caractéristiques de l'histoire et des signes cliniques peuvent créer un diagnostic présomptif. Cela comprend l'exposition à un chat infecté, l'absence de vaccination et les signes de maladie. La présence d'une leucopénie sur une formule sanguine complète est également un indicateur de diagnostic. 

La confirmation du diagnostic nécessite un kit de test immunochromatographique. Cela détecte les antigènes fécaux du parvovirus canin. Le test a une sensibilité de 50 à 80 % et une spécificité de 94 à 100 %. Des faux négatifs sont attendus car l'antigène fécal n'est détectable que pendant une courte période - la vaccination d'un chat cinq à 12 jours avant le test peut entraîner un faux positif. 

Les diagnostics différentiels doivent inclure d'autres causes de pyrexie, de léthargie, de leucopénie et de signes gastro-intestinaux. Cela inclut les maladies bactériennes telles que la salmonellose ou la campylobactériose. Le virus de la leucémie féline (FeLV) et le virus de l'immunodéficience féline (FIV) peuvent également avoir des présentations similaires.

Des infections concomitantes par le virus de la leucémie féline et le parvovirus félin peuvent se manifester par une panleucopénie. L'investigation des différentiels non infectieux tels que les toxines ou les corps étrangers est également essentielle. 

Options de traitement disponibles contre la PF

La panleucopénie féline est incurable. Le traitement se concentre sur les soins de soutien pour permettre au système immunitaire du chat de combattre le virus. La fluidothérapie agressive et les soins infirmiers de soutien sont les piliers du traitement. Cela doit être dans une unité d'isolement pour éviter la transmission du virus. La mise en place de soins infirmiers de barrière appropriés est vitale. 

Une déshydratation sévère a des conséquences graves et nécessite une surveillance et une intervention étroites. Cela comprend les troubles électrolytiques, l'hypoglycémie (faible taux de glucose), l'hypoprotéinémie (faible teneur en protéines) et anémie (faible taux de globules rouges). 

La thérapie liquidienne intraveineuse avec une solution cristalloïde isotonique équilibrée est essentielle. L'ajout de vitamines B et de glucose à 5 % fournira également des soins de soutien. Les transfusions de plasma frais congelé soutiennent la pression oncotique plasmatique et fournissent des facteurs de coagulation. Les transfusions de sang total sont la préférence chez les chats anémiques. 

chat sous fluidothérapie intraveineuse
Panleucopénie chez les chats (maladie de Carré féline) - Avec de NOUVEAUX faits I Love Veterinary - Blog pour les vétérinaires, les techniciens vétérinaires et les étudiants

Les infections bactériennes opportunistes secondaires se produisent en raison d'un système immunitaire affaibli. La barrière muqueuse gastro-intestinale perturbée permet également la translocation bactérienne. Cela permet aux bactéries du système gastro-intestinal de pénétrer dans la circulation sanguine. 

Les antibiotiques parentéraux à large spectre sont la base du traitement. Il est crucial d'éviter les néphrotoxiques (médicaments endommageant les reins) jusqu'à la correction de la déshydratation. 

La prise en compte d'autres facteurs de complication tels que parasitisme interne est important. Ceci est à noter dans les environnements d'abri. Une fois les vomissements maîtrisés, les anthelminthiques (vermifuges intestinaux) peuvent aider au traitement. 

Un traitement antiémétique (anti-vomissements) peut apporter un soulagement symptomatique pour permettre une alimentation entérale (orale). Le maropitant est le choix de première ligne pour les chats. L'association avec l'ondansétron peut être efficace dans les cas critiques. 

L'introduction de l'alimentation entérale doit avoir lieu le plus tôt possible. Cela favorise la cicatrisation de la muqueuse gastro-intestinale, ce qui reconstitue la barrière protectrice de la muqueuse. La nutrition parentérale est réservée aux cas critiques. Les tentatives de nutrition entérale doivent être faites dès que possible. 

La production d'interférons dans le corps exerce un effet antiviral. L'interféron oméga félin recombinant a été un traitement efficace contre le parvovirus canin. La FDA n'approuve pas son utilisation pour traiter la panleucopénie féline !

La pratique répandue de l'immunothérapie passive est présente dans certains pays. Cela implique l'utilisation de sérum immun de chats solidement immunisés ou d'un produit commercial élevé chez les chevaux. Des preuves limitées sont disponibles sur l'efficacité du traitement. 

Le pronostic des chatons infectés de moins de huit semaines est mauvais. La fourniture d'un traitement intensif chez les chats âgés montre une meilleure prévision. Sans soins de soutien, jusqu'à 90 % des chats symptomatiques peuvent mourir. 

Effets secondaires courants du vaccin contre la panleucopénie

Les vaccins contre la panleucopénie féline sont disponibles sous une forme atténuée et forme de virus vivant modifié. Les deux sont sans danger et les effets secondaires sont rares. 

Il est essentiel d'éviter le vaccin à virus vivant modifié chez les chats sensibles. Cela inclut les chatons enceintes, immunodéprimés, malades ou âgés de moins de quatre semaines. Les effets secondaires peuvent imiter une véritable panleucopénie virale. Comme avec tous les vaccins, certains chats peuvent être léthargiques pendant un jour ou deux après la vaccination. 

Les chats présentent rarement une réaction allergique grave et entrent en choc anaphylactique. Cependant, cela peut se produire à la suite d'une réponse à un adjuvant du vaccin. Une réaction peut survenir quelques minutes à quelques heures après la vaccination. Tout signe de détresse respiratoire ou de gonflement du visage doit être immédiatement assisté à!

Comment prévenir la panleucopénie féline chez les chats

La vaccination est un moyen efficace de prévenir la panleucopénie féline. Le virus est très immunogène et les vaccins sont efficaces pour prévenir la maladie. Les chats qui se remettent d'une panleucopénie féline ont généralement une immunité à vie. 

La vaccination des chatons doit avoir lieu entre six et neuf semaines. Ils devraient recevoir deux ou trois doses de vaccin vivant modifié à trois à quatre semaines d'intervalle. 

chaton recevant la vaccination

L'administration de la dose finale ne doit pas avoir lieu avant l'âge de 16 semaines. Il s'agit de dissuader les anticorps maternels d'inactiver le virus vaccinal. Il est idéal de compléter une vaccination de suivi à l'âge de 26 à 52 semaines pour assurer une immunisation adéquate. 

La vaccination des chats adultes contre la panleucopénie féline doit avoir lieu au moins tous les trois ans. La vaccination annuelle est recommandée dans les régions à forte population de chats non vaccinés. 

Des kits de test de titre commerciaux sont disponibles pour évaluer l'immunité d'un chat à la panleucopénie féline. L'utilisation de ces kits peut atténuer la revaccination pour les propriétaires qui préfèrent cette option. Limiter l'exposition au virus à TOUTE fois. Cela inclut de garder les chats à l'intérieur et à l'écart des chats non vaccinés. Évitez les zones qui ont été en contact avec un chat infecté. 

La panleucopénie féline résiste à de nombreux désinfectants ménagers. Une solution d'eau de Javel diluée à 1:32 (de 2 % d'eau de Javel domestique) peut être utilisée pour nettoyer les surfaces et les fomites potentiels. Les désinfectants peroxygénés sont aussi très efficaces !

Nettoyer les surfaces contaminées de matières organiques avant l'application de désinfectants. La solution doit être laissée pendant 10 minutes ou plus à température ambiante pour inactiver le virus. 

Toute litière ou jouet souillé utilisé par un chat infecté doit être jeté.

Partager si vous aimez!

AUTEUR

Projet dédié au soutien et à l'amélioration de la médecine vétérinaire. Partager des informations et susciter des discussions au sein de la communauté vétérinaire.

Recommandé

Abonnez-vous à notre newsletter

Déposez votre e-mail ci-dessous pour rejoindre l'équipe I Love Veterinary et profitez régulièrement de nouvelles, de mises à jour, de contenu exclusif, de nouveautés et plus encore !